En ce début juillet, il est temps de faire une petite toilette au jardin. On taille les roses fanées pour favoriser une remontée. On coupe sévèrement certaines vivaces : géraniums vivaces, nepeta, ciboulette, ... pour qu'elles refassent un feuillage tout neuf. Les pluies des derniers jours vont favoriser ce renouveau.

 

DSC_0738

 

 

Et puis, on arrache les annuelles avant qu'elles ne deviennent vraiment trop vilaines. C'est le cas de ce gros chardon, l'onopordon acanthium. Magnifique et impressionnant avec ses grandes feuilles duveteuses grises. Je l'adore ... même s'il est très agressif. Je vous en avais déjà parlé ici.

DSC_1272

 

Vu sa taille, il ne passe pas inaperçu. Quand on décide de l'arracher, il laisse un grand vide autour de lui. Et si je profitais de ce post pour vous montrer l'évolution de ce massif depuis le printemps ?! Vous pourrez ainsi constater à quel point cet onopordon occupe le paysage. Ci-dessous, tout début mai. On le devine à peine, au premier plan, à gauche du gros bosquet d'iris.

DSC_0400

 

 

Quelques semaines plus tard, les iris sont en fleur. L'onopordon a la même taille qu'eux. Ce bel adolescent commence à interpeler le visiteur.

DSC_0005

 

Ici, nous sommes fin juin. Le géant mérite bien son surnom. Il est plus grand que moi. Des fleurs rose magenta se sont ouvertes. Je ne les trouve pas très belles. C'est cette floraison qui déclenche souvent chez moi une envie d'arrachage. Il  faut dire qu'à partir de ce moment-là, le feuillage commence à faner. Le choix est parfois douloureux car la plante se ressème généreusement. Si je veux des plants pour l'année suivante, je me dois de la laisser monter en graine.

DSC_0726

 

J'ai décidé de laisser la vie sauve à un plant plus petit afin de perpétuer l'espèce dans mon jardin. Le grand ci-dessus n'aura pas eu cette chance. Je viens de le décapiter. Ouf ! Ses voisins peuvent enfin respirer !!

DSC_0735